AISPR

Accueil  /  Pôle Veille Sociale  /  AISPR

Accompagnement et insertion sociale et professionnelle des réfugiés (AISPR)


HORAIRE

Du lundi au vendredi
9 h – 12 h
Rendez-vous l’après-midi


LIEU

1bis rue du Maréchal Lyautey
850000 La Roche-sur-Yon
aispr@passerelles-asso.net

PLAQUETTE

Accompagner l’insertion

Dernière étape, le service AISPR accompagne les bénéficiaires d’une protection internationale (réfugiés et bénéficiaires de la protection subsidiaire) dans leurs démarches d’accès aux droits, au logement, au travail. Cet accompagnement passe par l’apprentissage des démarches de la vie quotidienne, dans l’établissement de leur projet professionnel, dans leurs démarches de réunification familiale. Pour se faire, L’AISPR a notamment à sa disposition un dispositif de logements relais (capacité 50 places) et peut mobiliser 3 hébergements en FJT pour des jeunes réfugiés de moins de 25 ans sans ressources.

Cofinancé par l’Union Européenne, par le biais du Fonds asile migration intégration (FAMI), et l’État, l’équipe travaille avec la personne à la construction de son projet professionnel et l’aide à s’intégrer socialement dans la société.

Les principales missions

  • L’accès aux droits et la réunification familiale, l’accès à la nationalité française ;
  • L’accès au logement, l’intégration dans la cité ;
  • L’apprentissage, l’éducation, l’autonomisation ;
  • L’emploi, la formation professionnelle, la mobilité professionnelle.

L’équipe de l’AISPR

La responsable du pôle Veille Sociale encadre une équipe pluridisciplinaire composée d’une Conseillère en Insertion Social et Familial (CESF), deux Assistantes Sociales (AS) et d’une Conseillère en Insertion Professionnel (CIP). La composition de cette équipe permet de multiplier les approches, en fonction de l’évaluation des capacités / des difficultés des personnes accueillies :

  • Accompagner les personnes dans leurs démarches quotidiennes ;
  • Accompagner dans les démarches administratives et l’accès aux droits ;
  • Évaluer les compétences professionnelles, favoriser la recherche et l’accès à l’emploi / formation ;
  • Développer le réseau des partenaires institutionnels et d’entreprises.

La plus-value du service

En France, le statut de bénéficiaires d’une protection internationale permet aux personnes de construire leur vie sur le territoire : se former, de travailler, d’accéder à un logement, de reprendre une vie de famille (regroupement familial).

Les bénéficiaires d’une protection internationale (BPI) sont très motivés et n’ont qu’un souhait : travailler. C’est l’aboutissement de leur parcours migratoire. Toutefois, plusieurs freins sont identifiés : l’apprentissage de la langue française, la connaissance très partielle du fonctionnement de la société française (les administrations, les entreprises, les contrats…) et la mobilité.

Le dispositif AISPR existe, au sein de l’association Passerelles depuis 2009, après huit années d’exercice et une augmentation du nombre de personnes reconnues réfugiées dans un contexte international, le service doit refonder son organisation et ses modalités d’accompagnement. L’AISPR se caractérise comme accompagnant « historique » et global dans l’accès aux droits, l’accès à l’hébergement et au logement, l’insertion professionnelle. À ce jour, le service se recentre davantage sur l’insertion professionnelle. Enfin, depuis un an, plusieurs expérimentations sont en cours.

Axe principal de l’accompagnement : l’emploi

L’objectif visé pour chaque personne est l’emploi. Cet objectif est atteignable en s’appuyant sur des relations avec les entreprises, des outils de préparation des personnes à l’emploi et un accompagnement individualisé.

Le travail d’accompagnement dans l’accès à l’emploi commence par une évaluation des compétences. Il s’agit de voir, avec la personne, ce qu’elle a déjà réalisé comme formation ou travail dans son pays d’origine, afin de dresser une liste de compétences sur lesquelles elle va pouvoir s’appuyer pour un emploi en France. Ensuite le travail d’accompagnement va se dérouler à la fois grâce à un suivi individuel mais aussi à des ateliers collectifs.

Des modules de formation interne permettent de travailler la construction du projet professionnel et les techniques de recherche d’emploi, en fonction des besoins de chaque personne. Dans ces ateliers, les personnes vont découvrir le fonctionnement des entreprises mais aussi, les codes ainsi que le droit du travail. Les simulations d’entretien d’embauche et les visites d’entreprises ou de centre de formation sont des outils qui aident les personnes à se projeter dans l’emploi et à mieux appréhender le monde du travail en France. Pour valider leur projet professionnel, nous travaillons également à la mise en place de stages, en partenariat avec Pôle Emploi et la Mission Locale.

Historiquement, l’AISPR avait développé un partenariat solide avec les ateliers et chantiers d’insertion du territoire et développe aujourd’hui les liens avec les entreprises. Pour permettre l’accès à l’emploi, il est, en effet, important pour nous de connaitre les entreprises, leurs besoins en recrutement et leurs modalités d’embauche. Pour cela, nous allons à la rencontre des entreprises du département.

Les ateliers de FLE (Français Langue Etrangère) et d’expression, supports de la confiance en soi

Les actions FLE visent à acquérir du vocabulaire spécifique et s’appuient sur des actions collaboratives qu’on appelle «le français sous toutes ses formes». Mais au-delà de l’apprentissage du français, ces actions collaboratives sont des supports au développement de la confiance en soi, confiance qui est nécessaire pour aller vers l’emploi de façon pérenne.

Dans l’objectif d’aider des personnes à prendre la parole en français, à avoir suffisamment confiance en elle et en l’autre pour aller démarcher des entreprises, l’équipe a construit avec une intervenante en éducation populaire, une série d’ateliers s’appuyant sur des activités artistiques ou sportives pour développer ces compétences et favoriser les échanges en français et l’apprentissage de la langue. Les thèmes de la vie en France, des coutumes, des règles ont également été abordés. Ce module très dynamisant a permis à la moitié des participants d’accéder à un emploi ou une formation par la suite.

Ce module s’est poursuivi avec un travail avec la scène de musique actuelle de La Roche-sur-Yon, le Fuzz’Yon, et la radio Graffiti. À partir du vocabulaire spécifique sur la vie en France, le déracinement, l’intégration, 11 personnes ont participé à des ateliers d’écriture animés par l’artiste-auteur-interprète Kwal. Vous pouvez d’ailleurs retrouver l’article du Fuzz’Yon sur ces ateliers en cliquant ici.