Presse : réponse au JPY

Accueil  /  Actualités de l'association  /  Presse : réponse au JPY

Presse : réponse au JPY

août 10, 2018

Dans un article du « Journal du Pays Yonnais » paru le jeudi 26 juillet 2018 concernant l’arrêté contre la mendicité pris par Monsieur le Maire de La Roche-sur-Yon, ce dernier interrogé sur la population ciblée, précise :

Je ne parle pas des SDF mais ceux qui sont logés par Passerelles, qui touchent les minimas sociaux et ont fait le choix de vivre dans la rue en s’alcoolisant, se droguant et en rendant la vie impossible aux gens qui passent.

Si l’association est sensible au trouble à l’ordre public causé par quelques individus et à la légitime volonté de M. le Maire de le faire respecter, elle est cependant interpellée par l’amalgame créé, désignant les publics fauteurs de troubles comme relevant uniquement de l’association « Passerelles » alors qu’elle n’est pas la seule à intervenir dans ce domaine. D’autant plus qu’il n’est pas démontré que les personnes « ciblées » sont hébergées par l’association.

Elle s’insurge contre une déclaration de nature à stigmatiser encore plus qu’elles ne le sont des personnes en difficulté, et à nuire à l’action conduite par ses travailleurs sociaux et ses bénévoles notamment à travers divers moyens et services tels que le SAMU Social, la Maison d’Accueil de Jour, les interventions sur la voie publique, qui sont mis en oeuvre en partenariat avec les collectivités que sont la Ville de La Roche-sur-Yon, le Conseil Départemental, la Région et l’État.

La mise à l’abri dans l’urgence, la lutte contre la précarité, la réinsertion sociale par le logement et le travail, l’accueil et l’accompagnement des Migrants, et plus généralement de toute personne en difficulté, qu’elle soit seule ou en famille restent les missions premières de l’association « PASSERELLES ».

Enfin, celle-ci rappelle que chacun d’entre nous peut un jour, au cours de sa vie, se retrouver confronter à ce genre de difficulté, et que la solidarité ne doit pas être un vain mot mais exister au sein d’une Société digne de ce nom.

Le Conseil d’Administration de l’association Passerelles